Samedi 18 mai 2019, un travail de titans attendait les participants à la nouvelle journée de travaux organisée par la commission technique.

En effet, un chantier nécessitant force, courage et endurance attendait les inconscients qui s’étaient engagés (engagez-vous qu’ils disaient!!!) à donner un coup de main pour aménager l’îlot central de la cour de récréation.

Les organisateurs de la journée, s’attendaient, certes, à donner beaucoup d’énergie pour venir à bout des racines de l’arbre qui occupait initialement le terre-plein, mais n’imaginaient pas la dose de force qu’il fallait déployer à chaque cognée pour y arriver.

Qu’à cela ne tienne, c’est avec beaucoup de bonne humeur que tous ces « gros bras » se mirent à l’ouvrage et se relayèrent, (l’union fait la force dit-on dans un petit pays limitrophe !) pendant de longues heures pour casser, petit à petit, ces racines fort récalcitrantes.

Ils étaient soutenus dans leurs efforts par quelques personnes du sexe dit faible (hum!) qui leur apportèrent thé, café, boissons sucrées, eau et viennoiseries et qui fournirent les pansements nécessaires à protéger les petits bobos découlant de ces travaux de forçats !

Pendant ce temps, deux mamans se livraient à des tâches moins fatigantes sans doute, mais nécessitant patience et précision : il fallait poser des films occultants sur les vitres de la classe du CE1.

A midi trente, une pause repas s’imposa et c’est avec un ouf de soulagement que les bûcherons quittèrent le chantier pour déguster, avec plaisir et délectation, les différents plats préparés par quelques dames conscientes que, l’estomac vide, la gente masculine est nettement moins efficace !

Le repas fut court (trop court à entendre certains!) et très vite le chantier reprit.

C’est avec bonheur, que chacun vit, peu de temps plus tard, les racines céder et abandonner le combat :

SCORE : racines 0 joyeux drilles de l’EIMLV : 1

Mais le chantier était loin d’être terminé, il fallait encore niveler le terrain, charrier et étaler des kilos et des kilos de sable afin de pouvoir poser une à une les dalles achevant l’ouvrage !

Une journée de galère pensez-vous ?

Non, une journée fatigante, voire épuisante il est vrai, mais surtout une journée qui révéla, une fois de plus que, si à l’école internationale l’implication des parents et des salariés est indispensable, elle engendre également, entre les différents participants beaucoup de bons moments ainsi que la satisfaction d’avoir amélioré le quotidien des enfants.